Blogue

Un rêve, une équipe… mon récit du Grand défi Pierre Lavoie!

Un rêve, une équipe… mon récit du Grand défi Pierre Lavoie!

La dernière fois que je vous ai écrit (Lien), j'étais à préparer mes bagages pour enfin réaliser mon rêve après 6 ans d'attente. Eh oui, je pouvais enfin le vivre en participant au 1 000 km du Grand défi Pierre Lavoie.  Maintenant que la poussière est retombée et que la madame a repris ses esprits, tel que promis, voici la suite…

Jeudi 15 juin, 18 h, me voici à la ville de Saguenay, à mon vélo, sur la ligne de départ, avec les 4 membres de mon équipe et 1 000 autres cyclistes.  Quelle sensation!  Est-ce que je suis fébrile? Oui.  Est-ce que j’ai des craintes? Oui.  Est-ce que je n’ai pas beaucoup dormi la nuit dernière? Oui.  Est-ce que je suis super heureuse d’être là? Oui.

Le 1 000 km est divisé en 13 étapes que nous avions choisies selon nos forces et intérêts.  Chacun avait son étape «défi».  Pour ma part, mon plus grand défi a été l’étape 6, Trois-Rivières – Joliette, soit 130 km, considérée comme l’une des deux plus difficiles étapes du parcours.  Je tenais à la faire puisque je passais dans ma région et ferais un court arrêt dans mon village natal où les élèves de l’école seraient là pour nous accueillir. J’avoue avoir mis en doute mon choix durant le parcours tellement le peloton était puissant et rapide. Incapable de lire ma vitesse, car trop concentré à rouler, ajouter à ma vue pas très bonne, je lance à mon coéquipier : «Comment on roule Mario?»  42, 45 km! Ouf!  La noirceur arrive, la vision n’est plus la même, la chaussée est mouillée. Go ma Sylvie!  Sors ton expérience de cycliste et ta détermination, tu vas en avoir besoin pour les prochaines heures! Merci, Mario, pour ton aide morale et aussi pour ta main dans le dos lors des longues montées à Saint-Gabriel-de-Brandon. Esprit d’équipe et entraide faisaient partie du peloton, Dieu merci! Je ne dis pas que les autres étapes ont été faciles, mais disons que la pire était derrière moi.

Photo 2 Mario et Sylvie St Éllie

Photo de Mario et moi à Saint-Élie-de-Caxton

Le Grand défi, c’est plus que des kilomètres de vélo!  Imaginez, vous retrouvez six personnes dans un VR, des cyclistes qui roulent presque 20 h/24 h, des repas pris à toutes heures et où l’on dort quand on peut! Les ronfleurs vous connaissez? Moi oui, maintenant. Nous l’avons même surnommé Ronflex le Pokémon; c’est le seul qui a dormi la nuit dernière!

Ronflex

Photo de Ronflex. 

Le Grand défi, c’est un feu roulant, jour, soir et nuit, chaud, froid, pluie, c’est partir d’une ville, puis se retrouver dans une autre sans s’en apercevoir.  Il m’est même arrivé de sortir du VR et de demander : «Finalement, nous sommes où?» Les heures passent, les journées se terminent, les vélos roulent encore et les cyclistes sont toujours présents pour les jeunes!  Car il faut le dire, toute cette folie, c’est pour permettre aux élèves des écoles primaires d’avoir des équipements sportifs.  

Tom dodo

Photo de Tom : On prend le sommeil où et quand on peut!

Luc chauffeur

Photo de Luc, notre chauffeur!  Tout un défi pour lui aussi!

Et comme si nous avions juste le temps de cligner des yeux et Montréal est là.  Les 1 000 cyclistes font la mythique entrée au Stade olympique au son des tambours et applaudissements des milliers de personnes.  L’épuisement et les courbatures font place à la fierté et l’émotion du dépassement de soi! Nous avons réussi!  Cette médaille aura toute une signification pour moi. 

Équipe 2 bleeu

Vous pensez que c’est terminé?  Et non, notre équipe s’était engagée envers les  élèves des deux écoles parrainées à leur rendre visite après notre défi et partager avec eux notre expérience et répondre à leurs questions. «Go Gang, demain matin 8 h à l’école!».

Le réveil est difficile, mais les élèves tellement touchants.  

École 2

Chaque membre de l’équipe à tour de rôle partage son moment fort du défi.    Les élèves sont vraiment heureux de nous voir!

Christian : 

«Moi, c’est quand notre chauffeur Luc aussi orthothérapeute a soigné mon genou pour que je puisse remonter sur mon vélo.  Sans lui, je n’aurais pas pu terminer. »

Christian Luc

Christian apprécie les bons soins de Luc.

Les 3 gars

Les gars qui attendent l’arrivée des filles à Sainte-Thérèse. 

Danielle :

«Moi, c’est de rouler en pleine nuit et aussi de réaliser comment il est important de bien s’entourer et persévérer pour réussir un tel défi. Maintenant, je peux dire que j’ai atteint «La zone magique» !»

Danielle la nuit

Danielle au départ de l’étape – Québec, 97 km.

Danielle et Sylvie 1

Danielle avec Sylvie - Gatineau – 87 km

Mario :

«Moi, c’est l’émotion que j’ai eue quand je suis arrivé à Tremblant, je pleurais! Je venais de faire  la plus difficile journée de vélo de ma vie!  Moi, qui, il y a trois ans, ne faisais pas de sport et pesais 50 livres de plus.  Tellement fier!

Photo 3 Mario à Tremblant

Mario arrive à Tremblant après 95 km de côtes.

Tom :

«Moi, après une blessure au hockey cet hiver, je ne pensais pas réussir le défi, car je ne me suis pas entraîné comme j’aurais voulu.  Mais, je suis allé quand même, j’ai osé y aller, même si je n’étais pas tout à fait prêt, et j’ai réussi! Osez même quand vous n’êtes pas certain!»

Équipe départ jour 3

Une équipe fébrile à la ligne de départ.

Sylvie Tom Vidéotron

Tom et Sylvie - Centre Vidéotron, il pleut averse!

Luc :

«Moi, comme chauffeur, le fait de vivre tous ensemble dans un VR pendant 4 jours, à réaliser un  défi, je me suis fait des amis pour la vie! Ça, c’est vraiment le plus beau.  C’est quand je vais chercher les cyclistes à la fin de leur étape, j’ai les premières impressions.»

VR puit de ravitaillement

Et moi, le plus beau, c’est d’avoir entraîné dans notre sillage, 8 autres cyclistes, qui ont fait la Boucle une semaine plus tard; pour moi, c’est huit nouveaux ambassadeurs des saines habitudes de vie! Oui, le mouvement prend de l’ampleur. Bravo à France Beaudry, Sylvain Carbonneau, Denis Grenier, Nathalie Lampron, Robin Lapointe, Donald Pelletier et Sarah-Ève Tremblay!

La boucle

La boucle, de nouveaux ambassadeurs, en route pour 135 km!

Pierre Sylvie

L’homme derrière le mouvement. 

Tous ensemble, avec l’aide des précieux partenaires et les nombreux donateurs, 32 140 $ ont été amassés pour les jeunes!

Équipe école jour 4

Réaliser son rêve, s’impliquer dans sa collectivité, moi ça me rend heureuse!

Réalisez vos rêves mes amis! 

  • 428
  • Dernière modification le jeudi, 27 juillet 2017 12:57
Sylvie Lafrenière

À l’âge de 21 ans, diplômée en psychologie, loin de moi l’idée de  faire carrière chez Desjardins, et pourtant l’aventure se poursuit depuis plus de 30 ans !

De caissière à conseillère en finances personnelles, mon emploi me permet alors de combler mon désir d’aider les gens en les accompagnant à la réalisation de leurs projets.

Dotée d’une personnalité très relationnelle, d’une capacité à relever des défis, forte d’un très bon sens de l’organisation et de la planification, me voici, depuis 8 ans, agente de communication et dédiée à la vie communautaire.

Vous aurez deviné que je suis une personne qui aime être entourée de plein de gens.  Passionnée de plein air, de vélo et de voile, la nature m’inspire et chaque matin, je me lance le défi d’être heureuse dans ma vie et ça fonctionne !

Engagée dans mon milieu et femme d’action, je crois à la force de la coopération pour le mieux-être collectif.  Les communications sont au cœur de mon quotidien, que ce soit en soutien à mes collègues, aux organismes du milieu ou par ma présence dans la communauté à faire rayonner ma coopérative.

Desjardins à travers toutes ces années a contribué à mon développement professionnel et aussi à mon épanouissement personnel Et ça se poursuit !  

  • Aucun commentaire trouvé

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire

0
conditions d'utilisation.