Blogue

Des petits gestes qui rapportent

Des petits gestes qui rapportent

Avec le début d’année vient le temps des bilans.  On fait notre bilan personnel, les entreprises préparent leur bilan financier.  Et moi, mon travail veut que je fasse aussi un bilan environnemental.  Parce que des actions en développement durable sans moyen de mesure risquent de demeurer des vœux pieux ou des illusions que les choses changent!

J’analyse actuellement de nombreuses informations sur les résultats de nos actions.  Voilà autant d’opportunités de vous partager, par l’entremise de ce blogue, nos pratiques à ce sujet.

La première information que j’ai reçue cette année est notre consommation de papier.  En 2015, parler d’un indicateur papier peut vous paraître un peu simpliste.  Oui, nous sommes tous sensibilisés à économiser le papier mais l’utopie de l’an 2000 du bureau sans papier restera malheureusement une utopie pour encore longtemps!

Voici donc la petite histoire de notre consommation de papier.  L’année 2008 sera mon point de départ.  À ce moment, aucun engagement en matière de développement durable n’était clair à la Caisse.  Cette année-là, 700 000 feuilles ont été utilisées, soit 140 caisses.  L'année précédente, c'était encore plus!

En 2009, les engagements DD ont changé bien des choses.  Notamment, un changement au niveau de l’approvisionnement.  Depuis ce temps, nous achetons exclusivement du papier 100 % fibres recyclées post-consommation.  Mais nous avons surtout travaillé la sensibilisation afin de modifier les comportements.  Parce qu’au-delà de l’achat de papier recyclé, diminuer la consommation demeure la plus valable des avenues.

Voici quelques initiatives :

  • Imprimer systématiquement recto-verso (Oui, la feuille a deux côtés!).
  • Se questionner : Est-ce nécessaire d’imprimer ça? Puis-je traiter l'information autrement?
  • Faire des réunions sans papier.
  • Numériser et conserver des photocopies électroniques de documents (ça sauve aussi de l’espace!).
  • Remplacer le télécopieur par un système «virtuel» qui échange les télécopies par courriel (Oui, nous n’avons plus de fax depuis plusieurs années mais nous continuons de pouvoir en envoyer et en recevoir!!!).

Diminuer sa consommation, c’est une série de petites mesures à adopter. Grâce à toutes ces actions, j’ai la fierté de vous annoncer, qu’en 2014, nous avons diminué notre consommation à 412 000 feuilles de papier. Une diminution de l’ordre de 41%!

En figurant le prix d’une caisse de papier à environ 55$, faites le calcul.  Seulement dans la dernière année, c’est plus de 3 000 $ d’économies.  Pour le plaisir, j’ai fait le calcul sur les années 2009 à ce jour en fonction de nos données de consommation.  L’économie est de plus de 10 000 $.  Certes, la méthodologie de mon calcul est un peu rudimentaire, mais ce que je souhaite démontrer, c’est que préserver nos ressources en diminuant leur consommation peut aussi avoir des avantages financiers.

 Pensez-y, qui ne retire pas de bénéfices à éliminer le gaspillage?  Gaspillage d’énergie, de carburant, de nourriture et le reste et le reste.

Marie-Christine Hudon

J'ai rejoint l'équipe de la Caisse Desjardins de l'Ouest de la Mauricie, en 2010, pour prendre la responsabilité de l'intégration du dossier du développement durable. À la fin de mes études en Économie et gestion agroalimentaire, mes aspirations m'amenaient vers la mise en marché des produits alimentaires. Finalement, ce sont les valeurs du monde rural dans son entier qui l'ont emporté sur mes aspirations premières. Ainsi, après huit ans comme directrice de la Corporation de développement agroalimentaire du Centre-du-Québec et un poste de conseillère en entrepreneuriat collectif à la Coopérative de développement régional Centre-du-Québec-Mauricie, où j'ai accompagné des comités de développement locaux vers une prise en charge de leur milieu, j'ai été séduite par ce défi ambitieux et nouveau qu'était de faire du développement durable un incontournable au sein de la Caisse et un outil de prise de décision.

Depuis le début de ma vie professionnelle, j'ai participé au démarrage de nombreux projets de développement des milieux et de chacun d'eux, je retire une nouvelle expérience enrichissante. Je crois au pouvoir de la coopération. Je crois aussi au pouvoir de chacun de nous de prendre en charge des projets pour faire évoluer nos milieux. Je conserve toujours un pied dans le monde agroalimentaire par mon implication au sein du conseil d'administration  de la Coopérative qui gère Marché public Yamachiche où je représente la Caisse. Je suis également impliquée personnellement dans divers conseils d'administration. 

Ma plus grande motivation à travailler au développement de mon milieu et au changement de nos habitudes pour la protection de l'environnement vient de mes deux enfants, Émile et Jeanne, pour lesquels j'aspire à un monde toujours meilleur.

  1. Commentaires (0)

  2. Ajouter votre commentaire
Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Publier un commentaire.
0 Caractères
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation

Derniers blogues

Dernières nouvelles